Actualités

Partager sur :
03 mars 2020
{PORTRAITS}

Aurélie Orset : quand la pédagogie active fait ses preuves au travail

Vue 88 fois

Diplômée du Programme Grande Ecole d’Epitech Nice de la promotion 2019, Aurélie Orset est maintenant une développeuse épanouie au sein de CDS SOFT, entreprise spécialisée dans l’ingénierie en technologies de l’information. Quelques années plus tôt, la jeune femme ne se serait pourtant jamais imaginée exercer ce métier.

L’informatique : une révélation

Au lycée, Aurélie voulait travailler dans le cinéma. Néanmoins, ses parents lui conseillent de se tourner vers un secteur offrant plus de débouchés, et de tester l’option informatique en classe de terminale. « C’est là que j’ai vraiment découvert l’informatique, et ça m’a tout de suite plu, raconte la jeune fille, j’ai toujours un peu bidouillé sur l’ordinateur, mais je ne voyais pas ça comme une carrière avant la terminale. »

A la recherche d’une autre manière d’apprendre

Cet engouement la conduit à s’orienter vers des études en informatique. Mais la jeune niçoise n’a pas envie de rester dans un système scolaire classique : « Je ne me voyais pas du tout faire une Prépa ou aller à la fac, avec des cours vraiment très théoriques et des profs qui parlent toute la journée ». Lors de sa recherche de formation, elle découvre Epitech et décide de participer à une journée découverte au sein du campus du Nice. Après cette journée, elle fait le choix de s’y inscrire et accroche très rapidement avec la pédagogie innovante de l’école.

De la côte d’Azur à la Californie

Après avoir validé son Bac S, Aurélie intègre le Programme Grande Ecole d’Epitech Nice en 1ère année. Une très belle expérience commence alors pour elle, malgré quelques moments éprouvants comme les Piscines de 1ère et de 2e année : « Puisqu’on découvre un nouveau langage, on nage un peu et on est complètement sous l’eau ! s’amuse Aurélie, en filant la métaphore de la Piscine, et ce sont surtout les horaires qui sont difficiles, mais quand on a terminé ces périodes, on est très fiers de nous ! »

 

 

Pendant sa 4e année d’étude, la jeune sudiste part étudier dans l’Université de la ville de Long Beach, en Californie. La jeune fille a pu sélectionner son établissement d’accueil parmi les 200 universités partenaires d’Epitech à travers le monde. Si son choix est d’abord lié au cadre idyllique de cette destination, Aurélie développe finalement un fort intérêt pour les cours qui lui sont dispensés : « J’ai appris énormément de notions techniques que je n’avais pas vues à Epitech. »

Des premiers pas dans le monde du travail

À la fin de sa 4e année, la jeune femme se professionnalise et intègre l’entreprise CDS SOFT en tant que développeuse C# .Net. La réputation d’Epitech a contribué à son recrutement puisqu’avant elle, un diplômé de l’école avait déjà fait ses preuves auprès de son manager. Aurélie travaille actuellement pour le secteur automobile, et selon elle, le plus grand défi de ce milieu est de vulgariser les technologies utilisées auprès des clients.

L’entretien du réseau Epitech

Cette année, la niçoise a eu l’occasion d’être un membre du jury de la dernière journée de la Forward d’Epitech. Pour les étudiants en 3ème année, cette période de trois mois leur permet de construire le « Minimum Viable Product » de leur EIP (leur projet de fin d’études : l’Epitech Innovative Project). Elle qui était à la place des étudiants l’année précédente ; cette expérience lui a permis de voir comment l’école évolue avec le temps. C’est également une manière pour elle d’entretenir son écosystème Epitech.

« Je pense que c’est important de nouer des contacts, parce que ce sont des étudiants qu’on embauchera potentiellement dans notre entreprise »

Epitech, une formation qui s’adapte à toutes les situations

Aujourd’hui, Aurélie constate les fruits de son apprentissage à Epitech. Elle raconte : « Quand je suis arrivée à CDS SOFT, on m’a mise sur un langage que je ne connaissais pas du tout, qu’on n’avait pas vu à Epitech. Savoir être autonome et apprendre par moi-même sont des choses qui m’ont vraiment aidée. Mon patron a beaucoup aimé le fait de ne pas toujours être derrière moi. »

 

En somme, le parcours d’Aurélie Orset est la preuve que la pédagogie active et inductive d’Epitech fonctionne au delà des murs de l’école.

Bonne continuation à elle !



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.