Actualités

Lexo
Crédit: Lexo
Lexo
Partager sur :

Focus sur Lexo, projet EIP de création musicale devenu une start-up ambitieuse

30 janvier 2023 {PORTRAITS}
Vue 639 fois

Un an après avoir fini 3e ex-aequo de l’Epitech Experience 2022, Lexo a le vent en poupe. Ces derniers mois, ce projet étudiant ambitieux s’est progressivement transformé en une start-up qui pourrait bien devenir incontournable dans le domaine de la création musicale…

Les six membres de Lexo, Dorian Gonzalez, Mark Alexander, Paul Basbous, Matthieu Moinvaziri, Cédric Lucchese et Paul Crézé (de gauche à droite).

 

Ils ont été au cœur de l’Expitech Experience il y a tout juste un an. Le projet Lexo, c’est au départ un écosystème qui permet aux débutants et aux amateurs de créer de la musique sur ordinateur de manière intuitive, innovante et surtout participative.

Une autre manière de concevoir de la musique et de la partager avec le monde entier en open source, c’est l’objectif des six membres de Lexo, Paul Basbous, Matthieu Moinvaziri, Cédric Lucchese, Mark Alexander, Dorian Gonzalez et Paul Crézé, qui ont fini 3e ex-aequo de l’Epitech Expérience en janvier 2022. Mais que s’est-il passé pour eux depuis ?

Le projet Lexo, qu’est-ce que c’est ?

Lexo, c’est donc au départ un écosystème qui permet aux débutants et aux amateurs de créer de la musique sur ordinateur avec un logiciel résolument intuitif à tous les niveaux. Une idée née d’un constat simple, comme nous l’explique Paul Basbous, CEO de Lexo.

« Le problème majeur qu’on a identifié par exemple sur GarageBand, c’est qu’en réalité la création de musique n’est pas si instinctive que ça. Il y a plusieurs difficultés sur la création de musiques par ordinateurs, sur les logiciels de MAO (musique assistée par ordinateur) comme on appelle ça. Notamment les connaissances nécessaires pour créer une musique, puis tout ce qui est composition, c’est-à-dire la capacité à créer des partitions de musique qu’on attribue à des instruments virtuels, et enfin le mixage audio, soit équilibrer et donner une harmonie à une musique. C’est-à-dire placer, comme dans un orchestre, des instruments plus à gauche plus au fond, plus en bas, pour éviter d’avoir 15 instruments qui ont tous la même intensité et qui rendraient mal à l’écoute. »

En plus de la création musicale, Lexo a aussi pour ambition d’être une plateforme web de référence pour le partage de ces contenus musicaux :

« Toutes les personnes qui en ont envie peuvent partager tout ce qu’ils créent sur le logiciel sur cette plateforme web pour qu’ensuite on puisse les resynchroniser directement comme sur une espèce de Drive. Et qu’on puisse ainsi récupérer des partitions qu’on n’aurait pas composées. Donc le but de cette plateforme c’est de remplacer les connaissances qu’on n’a pas en musique et de pouvoir en créer même si on ne sait pas composer, par exemple. »

2022, une année charnière pour Lexo

A la suite de leur réussite à l’Epitech Experience, les membres de Lexo ont intégré l’incubateur WAI (We Are Innovation) porté par la BNP Paribas jusqu’à la fin de l’année 2022. Un partenariat qui se prolongera même sur le premier trimestre 2023. Leur premier challenge a été de reprendre de larges parties de leur projet d’un point de vue technique, tout en avançant sur d’autres problématiques en parallèle, notamment le marketing. 

« Les premiers mois, c’était un mix entre la conception du logiciel et de la plateforme. Il y a eu aussi une période création du framework. On a plusieurs personnes qui maîtrisent plusieurs sujets et un expert par domaine, ce qui fait qu’on a pu avancer en parallèle sur tous ces sujets. (…) On a eu aussi un énorme travail marketing avec l’experte de l’incubateur que l’on a eu la chance d’avoir pendant tout notre accompagnement. Là, ça a été une redéfinition globale de la vision des objectifs et de toute la stratégie de la société pour pouvoir ensuite commencer à imaginer du contenu, surtout Instagram et TikTok, purement orienté sur l’acquisition d’utilisateurs. »

Et maintenant ?

Après une année passée au sein de l’incubateur de la BNP Paribas, 2023 s’annonce à son tour pleine de défis pour les acolytes de Lexo.

« On arrive très prochainement sur l’alpha, première version sans les détails UI mais avec le principe de base de toute cette nouvelle philosophie qu’on a conceptualisée, qui marchera et qu’on pourra directement faire essayer et améliorer le plus vite possible, pour que dans les mois qui suivent, cette alpha devienne une beta fermée avec tous ceux qui se sont inscrits sur notre site. »

« A la suite de ça on fera notre lancement officiel dans un premier temps gratuit, une fois que les retours de la beta fermée seront tous validés et implémentés. Puis on espère à la rentrée scolaire 2023, commencer à facturer et à faire payer les utilisateurs pour les accès à Lexo. »

Et Epitech dans tout ça ? 

« Epitech nous a donné l’expertise technique et cette philosophie d’apprendre à apprendre, donc ça forcément c’est ce qui nous a permis d’être autonomes et de challenger le projet à un niveau technique. Une façon de toujours remettre en question ce que l’on fait, être sur qu’on respecte les résultats et la philosophie du projet, et Epitech nous a appris à travailler de manière parfois très intensive en remettant toujours en question ce que l’on fait. » 

Suivez Lexo sur les réseaux sociaux !

 

 




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.